Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 janvier 2014 7 05 /01 /janvier /2014 17:16

A voir, une exposition proposée par Laurent Prysmicki sur l'ancien Cinéma Théâtre de Poitiers.

Plus de renseignements sur :

http://histoiredecinema.canalblog.com/

Bonne lecture

Ramoc

Repost 0
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 23:06

 

Mise à jour du Post du 10 Octobre 2010

 

Pour la 2e partie de ce dossier, je vous emmène dans les quartiers de Poitiers plus éloignés du centre ville.

Le Madeleine: 94 avenue de la libération  


50PoitiersCinemaMadeleine.jpgCette salle unique de 700 places en 1950 est aujourd’hui une brocante (fermée hélas lors de mon passage).
Dirigée par Emile Brémond, exploitant poitevin, Le Madeleine fermera dans le courant des années 70.
51PoitiersCinemaMadeleinejpg.jpgA son ouverture en 1947, le cinéma de l
avenue de la libération est le plus grand cinéma de Poitiers (Le Théâtre Cinéma Comoedia nétant pas dévoué uniquement au cinéma).
La particularité du Madeleine est d
être construit avec des matériaux de récupération. Une énorme poutre de soutient du bâtiment provient dun pont détruit, la rampe en cuivre est un assemblage de matériaux récupérés sur de vieilles automobiles.
En mars 1947 ; les fauteuils étaient fabriqués sur place par des ouvriers poitevins, les pieds en fonte étant coulés dans une usine jouxtant le bâtiment, la toile des fauteuils était teinte à Poitiers.
Le Madeleine sera une salle de cinéma 100% poitevine par sa situation, sa conception et sa construction.
C
est Emile Brémond , directeur du Comoedia qui en assurera la programmation.
Le Madeleine sera même dès son ouverture en 1947, un des rares cinémas à proposer deux projection en soirée, et tenter les 6 séances en un jours (de 12h à 24h00).

Le Splendid : Rue Sainte Thérèse 


500 places en 1950, probablement un cinéma dépendant de la paroisse.
A coté de la petite église, il reste plusieurs bâtiments, mais je n'ai pu avoir d'autres informations.

Le Beaulieu : Bd Savari 


492 places en 1984, mais avec une adresse imprécise je ne trouve aucune trace de cette salle de cinéma.

Le Pax : 73 rue des Feuillants 


52PoitiersCinemaPax.jpgEn 1946, l’abbé Guilbaud annonçait que les meilleures recettes furent enregistrées avec « Le Chant de Bernadette » : 3 774 entrées.

Cette salle de patronage fut entièrement rénovée après la guerre. Dépendant du collège Saint Joseph, Le Pax , tourné vers les films art et essai cessera son activité après 1984.

53PoitiersCinemaPax

 Aujourd’hui, depuis Mai 2012, ne cherchez plus l’enseigne rouillée et l’entrée du Pax. Le site vendu depuis 2009 est détruit pour laisser place à un immeuble d’habitation.

Alors, un dernier souvenir du Pax, ce ticket retrouvé dans mes archives

 

54PoitiersCinemaPax-Ticket.jpeg

Sur le site www.coccinelle-poitiers.fr, j’ai retouvé  un témoignage posté par « Sylvestre » qui donne un aperçu de ce qu’était le Pax et son importance dans le paysage cinématographique de poitiers : »Et puis, il y avait le Pax, rue des Feuillants, à proximité du “patronage St-Joseph”. Contrôlé par l’Eglise, qui était très sourcilleuse sur la moralité et encourageait les films édifiants comme la vie de Ste Thérèse de Lisieux ou le “Jeanne d’Arc” de Rossellini ; mais il y avait aussi des films de qualité, conseillés par la revue “Radio Cinéma”, ancêtre de Télérama. C’est là qu’était sorti le “Jour de Fête” de Jacques Tati,, jusqu’ici inconnu.
Le jeudi (c’est-à-dire le “mercredi” d’alors), c’était l’après-midi, “Ciné-Jeunes” avec des films genre “Guerre des boutons”, où les spectateurs, particulièrement réactifs, se déchaînaient.
Une petite salle, toute en “bleu nuit”, avec des étoiles de cuivre au plafond, le ronronnement du projecteur et le bruit (exaspérant) des papiers de bonbons. »
 
Le Dietrich : 34 Bd Chasseigne

55PoitiersCinemaLeDietrich.jpgLe Dietrich n'est pas visible du Boulevard Chasseigne

25 ans de bons et loyaux services pour cette petite salle de 180 places. Gérée par une association, le cinéma le Dietrich est classé Art et Essai et salle de recherche. Cette salle est construite dans l
ancien rectorat et est fréquentée par grand nombre détudiants.

Le Dietrich reste le dernier cinéma indépendant de Poitiers
56PoitiersCinemaleDietrich

Le Mega CGR Buxerolles : rue des Frères Lumières.

Cest en octobre 1995 que le Circuit Georges Raymond annonce la création dun multiplexe sur Poitiers.
57PoitiersMegaCGRBuxerolles.jpgConstruit sur le modèle du Mega CGR de La Rochelle, le Méga CGR Buxerolles devait ouvrir à la rentrée 1996.
C
est finalement le 16 décembre 1998, que le multiplexe de 12 salles et 1 446 fauteuils sera inauguré. Comme les autres multiplexes CGR, Le Mega CGR Buxerolles, pour un investissement de 62 MF propose des salles confortables (grands écrans, larges espaces entre les fauteuils, son stéréo dolby ou digital dans lensemble des salles), de quoi changer des piètres CGR Castille et Rabelais , un certain charme en moins.
Je tiens cependant, pour l
avoir vécu plusieurs fois à Bourges, que même si les salles des MegaCGR sont dun très bon confort et bénéficient de bonnes technologies, l’objectif commercial est privilégié : les promos « Billet - Pop Corn & Boisson » se font au détriment de la part du prix billet qui diminue et non pas sur la partie Confiserie qui ne bouge pas. De plus, cest le seul cinéma qui coupe la diffusion de Harry Potter ( et autres films trop long) « pour des raisons qualitatives et techniques et pour le confort des spectateurs » , mais surtout pour vendre quelques confiseries.
En décembre 98, la volonté du groupe CGR est de conserver le Rabelais (rénové en 94), et orienter partiellement la programmation du Castille vers l
Art et Essai. La direction des 2 salles du centre-ville et du Méga CGR est séparée afin de « stimuler une concurrence intelligente ».
La direction de CGR mise sur une fréquentation de 1 million de spectateurs dont 600 000 sur le seul Mega CGR Buxerolles (les CGR Castille et Rabelais ont accueilli 440 000 spectateurs en 1997)
En 2000, le Mega CGR Buxerolles accueillera 478 000 spectateurs, 559 000 en 2001, 475 000 en 2003, 503 000 en 2007 et 576 000 en 2009. Avec les 172 000 du Castille la même année, l
objectif nest pas atteint mais proche.
Pour son 8e Multiplexe, le groupe CGR a été limité par la CDEC. Il est déjà prévu une extension qui permettrait de porter la capacité du multiplexe à 2 570 places (objectif 800 000 entrées annuelles).
Mais depuis, le Rabelais a fermé, le Castille a été rénové et le Mega CGR n
a pas obtenu son autorisation dextension.
58PoitiersMegaCGRBuxerolles.jpg
Mega CGR Fontaine Le Comte

Depuis 2006, la zone commerciale (Auchan) de Fontenay le Comte est fermée.
Dès 2008, le projet d
un nouveau multiplexe se dessine au sud de Poitiers.
Pathé, Gaumont, UGC ou autres, c
est finalement le groupe CGR qui a gain de cause en Avril 2010 ( Jocelyn Bouissy, PDG de CGR menaçant de fermer le Castille du centre ville si un concurrent sinstalle sur Poitiers).
8 salles de cinéma devraient ouvrir sous l
enseigne CGR sur le site du Auchan, complété par un complexe de loisirs.
Selon les hypothèses, c
est celle annonçant la fermeture du TAP Cinéma (ex cinéma Le Théatre) , la programmation de 3 salles du Castille en Art et Essai, lextension du Mega CGR Buxerolles, qui semble être la favorite.

 

Le Mega CGR Fontaine (42 ème création du groupe CGR) a ouvert le 17 0ctobre 2012. Composé de 8 salles et 1500 regroupant 1500 places, l’objectif de fréquentation pour le Mega CGR de Fontaine le Comte est de 300 000 entrées. Cet investissement de 7,5 M€ a été réalisé par l’architecte Gilles Imbert (Le Cinéma Mazarin de Nevers – grpe Davoine ; Cinéville Saint Nazaire …). Contrairement aux autres multiplexe CGR, les 8 salles de 104 à 473 fauteuils ne sont pas disposées en fer à cheval, et la bâtiment comporte une charpente en bois.

Tout au nord de Poitiers, le CGR Buxerolles a obtenu le droit de s’agrandir (En 2010, le Mega CGR Buxerolles a accueilli 630 000 spectateurs.

59PoitiersCinemaCGRFontaineLeComte.jpegPhotos CGR

3 semaines après son ouverture, le Mega CGR Fontaine enregistre le nombre d’entrées souhaité et le Mega CGR Buxerolles enregistre quant à lui une baisse de fréquentation prévisible et prévue de près de 20%. Le CGR Castille s’effondre et le nombre de spectateurs est bien en deçà des prévisions (in Nouvelle Republique du 6 Novembre 2012).

Avec ses 3 cinémas, le groupe CGR espère atteindre le million d’entrées en 2013.

 

Le Tap Cinéma et le Castille :

Dans le marché conclu entre le Grand Poitiers et le Groupe CGR, le Castille doit céder (lire « Louer ») 3 salles au TAP Cinéma qui quitte le théâtre de la place du général Leclerc.

Le Castille proposera 2 groupes de 5 salles CGR et 3 salles Tap Ciné (sans Pop Corn), chaque groupe desservit par un guichet.

Les 3 salles (au sous sol)  et couloirs d’accès au TAP ciné ont un look différents de la partie CGR. Le TAP Cine Castille a ouvert le 19 décembre 2012.

L’avenir dira si le Castille et le Tap ont pu coexisté , et si le Dietrich résistera. Les avis sont très partagés.

Laurent P, lecteur de mon blog m’a envoyé ce message le 10 Décembre 2012 : bonjour,

En réunissant de la doc sur le théâtre de Poitiers, je suis tombé sur votre inventaire très intéressant des cinémas de Poitiers. Malheureusement les photos sont manquantes ! Pouvez-vous rééditer les liens ?

Par ailleurs je vais faire prochainement une couverture photo de cette très belle salle de 850 places qui risque bien de disparaître puis ça y est le TAP cinéma (qui dépend de la scène nationale) ouvre ses portes au sein même du CGR Castille avec 3 "petites" salles pour un total de 400 places et un loyer annuel de 230 000 euros !!!

Hier soir j'ai sans doute assisté non sans émotion à la dernière séance de ce fameux cinéma.

Cordialement,

Laurent p.

Quelques chiffres sur la fréquentation cinématographique de Poitiers Agglomération :

 

60Poitiers-ChiffresCinemaCNC.png

 

Voici la fin de ce dossier sur les cinémas de Poitiers, histoire assez représentative de l'évolution du paysage cinématographique des agglomérations françaises.

Si vous avez des témoignages sur l’évolution du paysage cinématographique, n’hésitez pas à me les envoyer.

Merci à mon fils Adrien (6 ans) qui m'a accompagné, entre autre, autour de la place du Maréchal Leclerc à la recherche de ces salles de cinéma ou de ce qu'il en reste.

 

Source : Le Film Français – La Cinématographie Française – La Nouvelle République –Centre Presse - CNC



Repost 0
11 décembre 2012 2 11 /12 /décembre /2012 03:31

Mise à jour complétée du post du Vendredi 1 octobre 2010 sur les cinémas de Poitiers

 


Poitiers : Du Futuroscope à la place du Maréchal Leclerc  

Capitale de la Vienne, Poitiers est connu des amateurs de projections en salle pour son Futuroscope.
01FuturoscopeTapisMagique.jpgLe Bâtiment du Tapis Magique

Ouvert en 1987, le Futuroscope concentre aujourd
hui en une vingtaine dattractions, les différentes technologies actuelles de diffusions cinématographiques.
Dès 1987, c
est le Kinémax (écran de 600m2 -le plus grand écran plat dEurope) . En 1988,cest le cinéma dynamique et ses fauteuils qui bougent, le Showscan (de Douglas Trumble)
En 1989, le relief fait son entrée au Futuroscope, suivi en 1990, de l
Omnimax.
En 1992, le Tapis Magique permet au spectateur d
être immergé dans limage grâce à 2 écrans de 700m2, lun devant ; lautre en dessous.
En 1993, le Solido permet de découvrir le relief sur un écran Imax hémisphérique.
En 1996, c
est le film « Les Ailes du Courage » de Jean-Jacques Annaud qui est diffusé en Imax 3D.

02FuturoscopeVueGénéraleVue générale du Futuroscope

Les documentaires qui assurent 95% de la programmation sont assez régulièrement renouvelés, de nouvelles attractions sont construites, d
autres modernisées.
En 2010, 2 attractions se distinguent :
La « Vienne Dynamique » , avec la projection dans une salle dynamique sur un écran géant d
un documentaire fiction. Les fauteuils bougent, le vent vous souffle dans les cheveux, la créature qui crache (Créature réalisé par Benoit Lestang, un des rares artistes français des effets spéciaux et maquillage décédé récemment). En introduction de la Vienne Dynamique, un pré programme est projeté sur un rideaux deau, lui-même animé -  étonnant, on est bien loin de la féerie des eaux du Rex (qui pourtant garde toujours son charme).
Arthur, l
aventure 4D, qui allie projection 3D, cinéma dynamique.
03FuturoscopeKinemax.jpgLe bâtiment du Kinemax

Ce parc d
attractions de limage quest le Futuroscope peut laisser imaginer ce que pourra être le cinéma de demain. Depuis 2010, où j’écrivais ce rapide descriptif du Futuroscope, les technologies n’ont cessé d’évoluer. Les salles de cinéma s’équipe toutes de projecteurs numériques. Le 2k est remplacé par le 4k. Bilbo le Hobbit en HFR Imax. Une véritable course au toujours plus de la technologie. Espérons, que les exploitants n’oublieront pas aussi le bonheur des spectateurs.

03FuturoscopeBoule

A noter  que depuis le 10 Octobre 2012, la Boule, emblème du Futuroscope a été supprimée, victime d’une importante corrosion  (elle datait de 1985). La prochaine Sphère (on le rappelle, cette sphère représente un soleil se couchant sur des horizons futuristes) qui prendra place dans moins d’un an, aura une durée de vie « éternelle ».

Mais Poitiers, cest aussi une agglomération avec ses salles de cinéma traditionnelles.
Comme beaucoup de villes, Poitiers connaît une évolution de son paysage cinématographique, liée au changement du mode de consommation des loisirs.

Avant la 2e Guerre Mondiale, Poitiers possédait 3 cinémas. En 1950, ceux sont 7 salles qui coexistent dans la ville. En 2010, il reste sur l
agglomération 4 cinémas regroupant 22 salles.
Voici donc un aperçu, le plus complet possible, (selon les documents récupérés) de l
histoire des salles de cinéma de Poitiers.


1 ere Partie : Les cinémas du centre de Poitiers :

La grande majorité des salles de cinéma de Poitiers étaient construites au centre de Poitiers, non loin de lHôtel de Ville.
C
est sur cette place du Maréchal Leclerc (ex Place dArmes, devenue place du Maréchal Leclerc pour rendre hommage au Maréchal Philippe de Hauteclocque - dit Leclerc - qui fit ses études à Poitiers) que se trouvent encore les deux plus anciens cinémas de Poitiers.
04Poitiers Cartes 2

Implantation des Cinémas autour de la Place du Maréchal Leclerc
1- Théatre Cinéma 2- CGR Rabelais 3- CGR Castille 4- Studio 70 5- Club (ex Régent) 6- Majestic 7- Berry

CGR Castille: 20, place du Maréchal Leclerc
05CinémaPoitiersCastilleFacadeCette salle de 470 places qui existait déjà en 1931, porte le nom de Castille en souvenir du café quelle a remplacé.
Il reste sur le bâtiment l
écusson, rappel de la famille De Castille, de laquelle descendait Alphonse de Poitiers.
06CinemaPoitiersCastilleBlason.jpgEn 1948, le Castille est rénové pour les fêtes de Noel. Le hall et la façade sont modifiés. La cabine de projection, entièrement modernisée avec un équipement « dont seules quelques salles parisiennes bénéficient », quitte le balcon.
07CinemaPoitiersCastille1946.jpgVue de la Place d'Armes Le Castille (à gauche) et le Théatre Cinéma Comoedia (à droite) en 1946 - Collection Privée

Extrait de l’Article de la Revue L’Architecture Française (1951)

« Le Castille a été aménagé sans le volume existant d’une ancienne salle de cinéma Afin d’utiliser au maximum le terrain très étroit, les architectes (Maurice Gridaine (Paris) – M et L Martineau (Poitiers)) ont placé la cabine au dessus de la scène, la projection étant assurée par réflexion sur une glace planimétrique renvoyant les images sur un écran transparent. Cette solution a permis de faire remonter les gradins jusqu’à la façade, gagnant ainsi un certain nombre de places tout en évitant une désagréable impression de tunnel. La scène assez profonde est équipée pour accueillir des spectacles .L’accès à la salle se fait par un hall menant directement à l’orchestre et par un escalier menant à la galerie desservant le balcon. La sortie de l’orchestre se fait par les portes situées sous la scène.

L’avant scène est encadré de deux plans de claustras en staff éclairés par des boite à lumière. Le rideau de scène est grenat et se détache sur un rideau blanc. Les murs latéraux de la salle sont « Gorge de Pigeon ». Construction à ossature béton et remplissage. »

08CinemaPoitiersCastille1951.jpeg

La salle du Castille vue de l’orchestre (Sortie sous la scène).©L’Architecture Française

09CinemaPoitiersCastille1951.jpeg

Détails des claustras. .©L’Architecture Française

10CinemaPoitiersCastille1951.jpeg

Détails de la scène. .©L’Architecture Française 

11CinemaPoitiersCastille1951.jpeg

Plans de la salle. ©L’Architecture Française 

12CinemaPoitiersCastille1951.jpeg

Hall d’entrée avec accès à l’orchestre et de chaque côté les vestiaires .©L’Architecture Française 

13CinemaPoitiersCastille1951.jpeg

L’escalier d’accès au balcon. ©L’Architecture Française 


En 1976, le cinéma est alors composé de 3 salles (200-296 et 200 fauteuils). Comme beaucoup de ces complexes ayant connu les années de gloire du cinéma pornographique, le Castille verra sa salle n°3 consacrée à la diffusion de cinéma X (Imaginez cela dans un multiplexe aujourd
hui ,quand on connait la « censure » effectuée par les programmateurs de certaines salles !). A cette époque, le Castille accueillait 6 000 spectateurs par semaine.
L
ABC, oeuvre de larchitecte A.Wang ouvre au 26 place du Maréchal Leclerc. Ces 3 salles sont conçues pour optimiser lutilisation des locaux techniques (réunion des cabines de projection, locaux électriques).

14CinemaPoitiersABC1978.jpeg

Plans du cinéma ABC (©Cinéma de France- Fev 78)


Le Bellefaye annonce en 1984, l
ABCavec une capacité de 236 , 218 et 89 places.
En 1984, le Castille n
est plus dans le Bellefaye, mais on trouve à la place le Pathé Castille ( au 7 place du Mal Leclerc). Avec 3 salles de 250-360 et 240 places, tout laisse penser quil sagit du Castille (Ce nest pas la première fois quil y a des erreurs dans cet annuaire). De plus les chiffres indiqués par Screenvision laisse apparaître le nom du complexe Castille/ABC.
15CinemaPoitiersCastille2010.jpgEn octobre 1995, le groupe CGR annonce l
obtention du permis de construire pour un Multiplexe en banlieue de Poitiers : Méga CGR Buxerolles.
En 1997, le CGR Castille (3 salles) accueille 115 000 spectateurs sur l
année.
A la fin des années 90, le CGR Castille est un complexe de 8 salles (231 - 209 - 150 - 148 - 139 -126 - 89 & 86) , aux salles anciennes avec un son et un confort « hasardeux ».
Suite à l
ouverture du Mega CGR Buxerolles, le groupe CGR annonce une programmation plus orientée vers lArt et Essai.
En 2006, le CGR Castille accueillait 177 000 spectateurs, 166 000 en 2008,173 000 en 2009 &163 000 en 2010
Aujourd
hui, les 8 salles sont semblerait-il équipées pour la projection numérique, cheval de bataille du groupe CGR.
Mais, en cet été 2010, le CGR Castille pourrait bientôt connaître une nouvelle orientation, liée au devenir du Théatre-Cinéma TAP.

La suite dans la 2ème partie de ce dossier sur la suprématie du groupe CGR sur l’agglomération de Poitiers.

 

Quelques cartes postales représentant le Castille :

16CinemaPoitiersCastille.jpg

17CinemaPoitiersCastille.jpg

18CinemaPoitiersCastille.jpg

19CinemaPoitiersCastille1956.jpg

en 1956

21CinemaPoitiersCastille.jpg

20CinemaPoitiersCastille.jpg

 22CinemaPoitiersCastille.jpg



CGR Rabelais: 4 Rue Claveurier
23CinemaPoitiersRabelais.jpg

©sodeco87

Situé dans une rue longeant l
Hôtel de Ville, ce complexe de centre ville a connu une existence assez courte.
Construit vraisemblablement en 1981, Le Rabelais est composé de 8 salles de 400-289-152-100-100-87 & 62 places.
24CinémaPoitiersRabelais©sodeco87

Comme son confrère le Castille, le Rabelais ne jouit pas à la fin des années 90 d
une bonne réputation, les salles y sont peu confortables.
Malgré une rénovation en 1994, et 325000 entrées en 1997, le Rabelais ne survivra pas à l
ouverture du Mega CGR Buxerolles.
25CinemaPoitiersRabelais.jpg©sodeco87

Il sera fermé en 2003 et remplacé par un immeuble d
habitation. (destruction en 2007 –Source Centre Presse).


Théâtre Cinéma Municipal Comoedia - TAP : 1 place du Maréchal Leclerc. 

26CinemaPoitiersTheatreComoedia.jpg

Le Théâtre Cinéma en Aout 2010 - Façade principale

Le Théâtre fut construit par Zacharie Galland (Architecte et entrepreneur de travaux publics de 1760 à 1821) et inauguré en 1819.
27CinemaPoitiersTheatreComoedia1920.jpgLe Théâtre dans les années 20 Collection Privée

La ville de Poitiers, propriétaire du Théâtre Municipal - Ciné Comoedia se verra contraint d
arrêter lactivité Théatre à la fin des années 40, lactivité Cinéma étant autorisée jusquau 31 décembre 1947 (décision de la préfecture pour des raisons de sécurité).
28CinemaPoitiersTheatreComoedia1927.jpgLe Théatre - Façade rue Gambetta en 1927 Collection Privée

En 1952, la mairie de Poitiers confit l
étude et la réalisation dun nouveau Théâtre à Mr Edouard Lardillier (architecte spécialisé dans les salles de cinéma et de spectacle) et Mrs Martineau (Architectes Poitevins).
29CinemaPoitiersTheatreComoedia1948.jpgLe Théâtre Comoedia dans les années 40 - Collection Privée
30CinemaPoitiersTheatreComoedia.jpgLe Théâtre Comoedia dans les années 40 - Collection Privée

Objectif : construire une salle de 1 000 places, avec une scène de 9 mètres de profondeur, le tout pour un budget total de 125 millions de Francs.
Le bâtiment en béton armé abrite une selle de 22 m de profondeurs et 17 m de large. L
orchestre peut accueillir 560 spectateurs, le promenoir, une centaine et le balcon 420 spectateurs.
31CinemaPoitiersTheatreComoedia1957.jpgLe Nouveau Théatre en 1957 - Collection Privée

La salle est prévue pou permettre une bonne visibilité aussi bien dans une configuration théâtre que cinéma. Elle est décorée aux couleurs rouge géranium et gris tourterelle.
Confortablement assis dans des fauteuils Gallay « en Dunlopillo et dossiers munis de carcasses à ressorts », le spectateur découvre derrière les rideaux rouges géraniums et beiges écrus, un écran de 12 m de base équipé pour le Cinémascope.
32CinemaPoitiersTheatreComoedia1966.jpgLe Théatre Cinéma en 1966 - Collection Privée

Dans le hall, visible de la rue à travers les portes en verre, se trouve une magnifique glace de 100m² décorée et gravée. Réalisée par le maitre verrier Robert Pansart (1909-1973), cette glace représente les différentes activités liées au lieu : conférence, théâtre, drame, danse, comédie italienne et même critique. Je n
ai hélas pas pu prendre de photo lors de mon passage, le hall était en travaux.
33CinemaPoitiersTheatreComoedia1955.jpgLa salle en Avril 1955 ©La Cinématographie Française
34CinemaPoitiersTheatreComoedia55.jpgPlan de la salle en 1955 © La Cinématographie Française
35CinemaPoitiersTheatreComoedia1955.jpgLa scène en 1955 © La Cinématographie Française

Le Théatre
- Cinéma accueillera plus de 100 000 spectateurs en 1976 (record de 9500 entrées en 7 jours pour lAile ou la Cuisse).
Aujourd
hui, la salle comporte 850 fauteuils
Le TAP Cinéma (Théâtre Auditorium de Poitiers) programme aujourd
hui des Films dArt et Essai.
36CinemaPoitiersTheatreComoedia.jpgTAP cinéma
- Façade rue Gambetta

En septembre 2008, est inauguré le TAP (1 bd de Verdun) . Lieu consacré à la musique, théâtre et autres expressions artistiques, le bâtiment tout neuf possède une salle de théâtre de 700 places et un auditorium de plus de 1 000 places.
Pendant ce temps, le Théâtre
- Cinéma de la place du Maréchal Leclerc se consacre uniquement au cinéma, accueillant chaque année les rencontres internationales Henri Langlois.
Mais aujourd
hui (Octobre 2010), avec la concrétisation prochaine du projet de Mega CGR au sud de Poitiers, et la programmation Art et Essai possibles de quelques salles du CGR Castille, le devenir de lactivité cinématographique du Théâtre-Cinéma semble bien compromis.

 

Quelques Cartes Postales du Théatre Cinéma de Poitiers :

37CinemaPoitiersTheatreCinema.jpg

38CinemaPoitiersTheatreCinema.jpg

39CinemaPoitiersTheatreCinema.jpg

40CinemaPoitiersTheatreCinema.jpg

41CinemaPoitiersTheatreCinema.jpg

Emile Bremond:
L
histoire de lexploitation cinématographique à Poitiers est liée à Mr Emile Brémond.
Il fut l
un des exploitants pionniers du cinéma. Emile Brémond a exploité des cinémas en 1907 à Marseille, de 1910 à 1921 à Paris, de 1922 à 1930 à La Rochelle, de 1963 à 1966 à Chateauroux et bien sur à Poitiers à partir de 1930.
C
est sous la direction dEmile Bremond que le Théâtre-Cinéma Comoedia est reconstruit en 1954. Son nom est aussi lié aux cinémas Madeleine, Majestic, Studio et Club (ex Régent).

Retour aux salles de cinéma avec :

Studio 70 : 11 rue Lebascle
Situé à coté de l
hôtel de ville, à lopposé du CGR Rabelais, cette salle de 250 places (Architecte Wang) ouvrira en 1970. Objectif, une programmation Art et Essai dans une salle « élégante », pour séduire les quelques 10 000 étudiants de Poitiers.
Sa fréquentation atteindra 58 000 spectateurs en 1976.
Le Studio 70 semble avoir fermé à la fin des années 80.
Pas de trace visible de cette salle à l
adresse

Le Club (ex Régent ) : 22 rue Carnot. 
Dans une rue proche du Castille, le Régent existait en 1946 (et peut-être même avant). C
est une salle unique de 750 places.

42CinémaPoitierseCinemaLeRegent

Le Régent peu de temps avant sa transformatin ©la Cinématographie Française

Propriété en 1960 d
'Emile Brémond, le Régent devient Club en 1962. C'est l'architecte Edouard Lardillier ( le Théatre Cinéma) qui est chargé de la modification du cinéma (intérieur et façade). La salle sera classée Art et Essai

43CinemaPoitierseCinemaLeClub1962.jpgLa nouvelle façade du Club en 1962 © La Cinématographie Française


Le Club fermera en juillet 1967, mais il ressuscitera quelques temps pour fermer définitivement à la fin des années 70 (le Club réalisera 25 000 entrées en 1976). C
est aujourdhui un immense parking.
44CinemaPoitierseCinemaLeClub.jpgLe parking aujourd
hui est construit à la place du Club et dautres batiments.


Majestic : Rue J. de Gailly 
Tout proche de la place du Maréchal Leclerc se tenait avant la 2 eme guerre mondiale une grande salle de 850 fauteuils, le Majestic
Propriété d
Emile Brémond, Le Majestic fut réquisitionné par les troupes doccupation, puis fut détruit lors des bombardements du 13 juin 1944 . Il ne pourra pas être reconstruit.


Le Berry : 6 rue Henri Houdin
Toujours autour de lHôtel de Ville, dans une petite rue, se tenait une immense salle, le Berry.
C
est en 1951 quest construite la grande salle du Berry.
Mr Michel Deschamps en sera le directeur, P de Montaut et Adrienne Gorska, les architectes. (ils furent architectes entre autre du Cinéac Montparnasse, Normandie à Paris, Le Cinéac et Les 3 Salles à Marseille, Cinéac de Bruxelles).

45CinemaPoitierseCinemaLeBerry-copie-1.jpgLa Façade en 1951 ©La Cinématographie Française

Afin de réaliser cette salle de 800 places, il est vite décidé de ne pas construire de balcon, celui-ci ne correspondant plus aux critères de séparation des clientèles.
C
est donc une salle avec mezzanine et orchestre qui est retenue .Laccès à la salle se fait par lavant de la mezzanine, facilitant « le travail des ouvreuses » en permettant une meilleure répartition des spectateurs selon la catégorie de place.
46CinemaPoitierseCinemaLeBerry.jpgPlan de la Salle en 1951 ©La Cinématographie Française

L
abandon du projet de balcon (estimé à 140 places) entraînera un manque à gagner, largement compensé par une économie sur les frais de construction. La construction du balcon aurait augmenté le prix du fauteuil de 12% pour une augmentation des frais de constructions de 25%.
47CinemaPoitierseCinemaLeBerry.jpgLa Salle et le Hall en 1951 ©La Cinématographie Française

Une petite anecdote racontée par un passant, lors de la diffusion de films en cinémascope, un écran spécifique était déroulé par deux machinistes devant l
écran classique.
Inaugurée le 19 Juillet 1951, la salle unique de 750 fauteuils fonctionnera au moins jusqu
en 1976.
48CinemaPoitierseCinemaLeBerry.jpgPublicité pour La Société Marocaine d Constructions Mécaniques en 1951
©La Cinématographie Française

Le Berry a été entièrement détruit et remplacé par un immeuble d
habitation.

Voilà la fin de la première partie sur les cinémas de Poitiers. Dans quelques jours, le Madeleine, le Pax, Diétrich et Mega CGR ...

Repost 0
11 décembre 2011 7 11 /12 /décembre /2011 21:10

Le Majestic : Place Aristide Briand - Neuville du Poitou

1---Neuville-.jpg

Situé à l'ombre d'un immense château d'eau se tient la petite salle du Majestic.

4---Majestic-palace-1912.jpg
Le Majestic en 1912 - Collection privée

Construite en 1910, la salle est créée par un groupe de musiciens . Son propriétaire, M. Jamet cède la salle en 1925 à M Ranvier qui la baptise le « Majestic Palace ».

5---NEUVILLE-de-POITOU_Le-Majestic-Palace-1933.jpg
Le Majestic Palace en 1933 - Collection privée

C'est alors une salle de bal avec une belle piste de danse en parquet, des tables et des chaises.

6---Neuville-Palace.jpg

Le Majestic Palace - Collection privée

Les projections cinématographiques ne s'y tiennent pas encore, celles-ci ont lieu dans la salle Ozanam.

7---Neuville-sllae.jpg
Collection privée

C'est le Foyer Neuvillois (qui q'occupait des projections dans la salle Ozanam) , qui en 1950 rachète la salle .Le propriétaire , Mr Sillard fait effectuer de nombreux travaux et c'est le 1 er février 1951 qu'est inauguré le Majestic comme salle de cinéma, théâtre et même salle de réception et patins à roulettes.

8---86-NEUVILLE-DE-POITOU---la-Salle-du-Cinema-Majectic-11.jpg
Le Majestic en 1952 - 340 fauteuils - Collection privée

 

9---NEUVILLE---La-Salle-des-Fetes---Cinema-1964.jpg

Le Majestic en 1964 - Collection Privée


En1976, le Majestic accueillait environ 500 spectateurs chaque semaine - 313 fauteuils (source Cinéma de France - 1977). Après avoir longtemps rythmé les loisirs neuvillois, le Majestic s'apprête à fermer ses portes au début des années 90.

2---Neuville.jpg

En 1995, sous l'impulsion du maire actuel, Jean Petit, le Majestic connaît une nouvelle vie. Le 4 juin 1999, le Majestic est de nouveau inauguré offrant 200 places pour le cinéma et 250 pour le théâtre.
Le Foyer, qui s'occupe toujours du Majestic, est devenu l'Association pour les Rencontres Culturelles (ARC) et est présidé par Mme Martine Gavid.

3---Majestic.jpg

Le Majestic propose toujours 1 à 2 films par semaine et accueille des concerts de Jazz (Neuville en Jazz) mais aussi du cinéma, essentiellement d'Art et Essai.

 

11---Majestic-Aujourdhui.jpg

La salle du Majestic aujourd'hui (© http://arc.neuville.pagesperso-orange.fr) 

 

Mise à jour du post du 1/11/2010.

Repost 0

Présentation

  • : Salle de Cinéma, le Vrai Cinéma
  • Salle de Cinéma, le Vrai Cinéma
  • : Histoire des salles de cinéma en activité ou disparues. Hommage aux Rex, Lux, Vox, Gaumont, UGC et autres Trianon que j'ai pu découvrir lors mes ballades. Parceque le cinéma se déguste avant tout sur Grand Ecran
  • Contact

Recherche