Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juillet 2009 6 18 /07 /juillet /2009 20:58

Capitale de l’Alsace, et surtout siège du parlement européen, Strasbourg resplendit pour sa richesse architecturale.

Strasbourg centre héberge encore beaucoup de cinémas. Lors d’un week-end en amoureux (merci encore à mon épouse pour sa patience), j’ai arpenté les rues de Strasbourg centre à la recherche de quelques salles ou vestiges de salles de cinéma. Cet état des lieux n’est bien sur pas exhaustif. Les compléments d’informations sont les bienvenus.

Cinétrain : Place de la gare

Aucune trace de cette salle de 300 places existante en 1960 et fermée après 1976.

Le Capitole (UGC Capitole) : 3 et 5 / rue du 22 Novembre (NB : 11 Novembre dans certains annuaires)


©Cinématographie Française 1962 - Avant 1ere du film "Le jour le plus long"

Superbe salle unique de plus de 970 places, elle est divisée en 5 salles au milieu des 70’s.

Capitole en 1959 (Rénovation Architecte Georges Peynet – Jean Monsérat) ©La Cinématographie Française

Devenu « la salle » UGC de Strasbourg, elle fait même lors de sa rénovation (Salle Prestige) les honneurs du journal UGC en Septembre 98. (350 à 90 pl )


Photo : Capitole en 1998 ©UGC - Spectateurs

C’est en 2003, que les 6 salles de l’UGC Capitole fermeront leurs portes définitivement (Ouverture de l’UGC CinéCité Etoile en 2 000 ).

Star Saint Exupery / Omnia : 18 rue du 22 Novembre

L'Omnia a ouvert ses portes en 1973.

4 salles de 350 à 98 places appelées Omnia de 1976 à 84, il se spécialise dans le cinéma populaire programmant de nombreux films pornographiques, mais aussi les Bud Spencer & Terence Hill en passant par les Toubibs.


A noter les fresques de Roland Perret

Après rénovation , c'est au début des années 2000 qu'il devient Star puis Star Saint Exupery (pour ne pas confondre avec le Star de la rue du jeu des enfants), ces 5 salles actuelles de 270 à 70 places sont tournées vers l’Art et Essai et la vo. Elles ont connues de grosses rénovations suite à l’arrivée du multiplexe Pathé Brumath (12 salles)


Union et Rit’s : 8 Quai Kellerman

Immeuble à l’architecture néo-classique (Architecte Eugène Dacheux) , le bâtiment a été une salle de cinéma et de spectacle à partir de 1949 (sous le nom de Union, nom de l’hôtel de l’Union qui existait avant – salle de 830 pl) ) .


C’est sous le nom de Rit’s avec 4 salles de  600 à 60 places, qu’il ferme définitivement ses portes en 1987.

Mélies(ex Cinéac) : 46 Rue du vieux marché aux vins


©Michael Benture 1999.

Ouvert en 1938, Le Cinéac  comportait 510 places. Racheté par Mr Eugene Carpels (exploitant indépendant),il devient  Melies en 1976 , 3 nouveaux écrans sont rajoutés en 1978. A sa fermeture il est composé alors de 5 salles ( de 200 à 90 fauteuils), la plus grande étant équipée du sonTHX. A noter qu’il semble que la salle 3 n’ait pas fonctionné dans les années 90.


C’est le 5 juillet 2000, que le Méliès tire définitivement le rideau de fer,. Aujourd’hui, c’est un magasin Footlockers.

Cinébref : 41 rue du vieux marché aux vins.

Aucune trace de cette petite salle de 256 places qui a vécu au moins de 1950 à 1984.


A cette adresse aujourd’hui , on trouve une boutique de la chaine d’opticien « La Générale d’Optique ».

Cette adresse semble être l’adresse du Syndicat des directeurs de cinéma de Rhin et Moselle.

Le Palace / Le Club / Le Club Marylin et Jean Renoir / Le Pathé Club : 32-34 rue du vieux marché aux vins.

Construit en 1911, c’est une belle salle de 800 places dans les années 50.

En 1949, le Palace appartenant alors à Mr Guthmann (Exploitant du Broglie, Capitole et Eldorado) est rénové par l’architecte strasbourgeois, Mr Sensfelder.

La façade est ornée des lettres découpées disposées sur une marquise.



©La Cinématographie Française – juillet 49

La salle possède 2 balcons, l’entrée se faisant par l’arrière et la sortie par les cotés. , « apportant ainsi un élément intéressant , qui permet d’augmenter le nombre de séances les jours d’affluence. » . La décoration sobre de la salle est faite de placages de bois et de staff.

©La Cinématographie Française – juillet 49. La salle vue vers l’écran, avec la statue de bronze qui domine la scène

La cabine de projection est elle aussi modernisée , avec la particularité de permettre au directeur de pouvoir régler le son de la salle ou de la cabine, grâce à une télécommande.

©La Cinématographie Française – juillet 49. Projecteurs Philips FP-7


 C’est en 1969, que le réalisateur Louis Malle s’intéresse au Palace, alors à vendre. Appelée Club, cette salle devient une des premières salle du circuit NEF , gérée alors par Fabienne Vonier (Directrice de Pyramide Productions).


©Le Film Français 1997

Les 2 salles nommées « Marylin » et « Jean Renoir » , deviennent Club avec 5 salles (240 à 46 places),

Repris par Pathé, le Pathé Club fermera le 11 Aout 1999.

Façade 2009

Le bâtiment d’inspiration Art Decoratif est rénovée en 2004 et surélevé de 3 étages. Il conserve une belle façade , mais ne sera plus un cinéma.

Le Star / Cinématographe : 27-31 rue du jeu des enfants.

Cinématographe avec 3 salles , il devient Star en 1983 avec 4 salles . Tournées vers l’Art et Essai et la VO , il possède aujourd’hui 5 salles de 50 à 130 places. Le Star fait partie du circuit Europa Cinémas


Broglie : 21 Place Broglie.

Créées en 1913, cette grande salle de 1 100 places a fermé ses portes pour être remplacée par un immeuble d’habitation, au début des années 70.

Cinéma des Arcades : 33-39 rue des grandes arcades.

© Films Français Hiver 73

Construite en février 1921, cette superbe salles de 800 places, située non loin de la place Kléber, semble avoir conservé sa salle unique jusqu’aux dernières heures. En 1923, comme beaucoup de ses confrères , les Arcades est équipé d’un orgue .


A sa place, se dresse aujourd’hui un restaurant Mc Donald’s.

La Façade est inscrite depuis le 21 Decembre 1984 aux monuments historiques

 

Théâtre National : 1 rue du Général Gouraud

Le Théatre National de Strasbourg (TNS) – 1968 était inscrit comme salle de représentation cinématographique en 1976.


Kleber : 31 place Kléber.

Sur la grande place Kléber, se trouvait le Kléber , un petit cinéma de 200 places . (j’ai hélas loupé la photo). Le bâtiment de l’Aubette est transformé en galerie commerciale, tout en conservant son cachet architectural.

©Ina 1987 -

Grace à l’INA, et le journal de FR3 ; voici un rapide historique du Studio Kleber. Construit en 1913 sous le nom de VeltKinographe, le Studio Kleber vivote à la fin au milieu des années 80. La salle est vieillotte et ses 14 fauteuils en skaï sont bien défraichit.


©Ina 1987

Cédé par les Cinémas de l’Est à Gaumont début 1987 , Gaumont juge le site peu rentable et la dernière séance est donnée le 31 Mars 1987.

©Ina 1987

Caméo – Oympia  : 79 Grande Rue


Salle unique de 500 places, qui existait au moins entre 1950 (Olympia puis Caméo en 1960 ) et 1976. C’est maintenant un petit supermarché Norma .


Sur la droite, mais avec le même accès, (peut-être l’ancien bar ou la caisse), se trouve une cordonnerie


Au début des années 80, le Caméo est devenu une salle de concert appelée Studio 80 pendant quelques années.

©Strasbourg77-86.blogspot.com – 8 Avril 81 – Les Civils en concert

Eldorado / Ariel: 101 Grande Rue

Salle de 610 places sous le nom d'Eldorado jusqu'en 1972 ,elle devient l’Ariel pour fermer en 1988. La salle se trouvait au rez-de-chaussée.


La façade est inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques pour son oriel et son balcon gothique.

L’Odyssée (UT– ABC ) : 3 Rue des Francs Bourgeois .

Espace Cinématographique Européen, L’Odyssée est une salle remarquable tant par son architecture que par sa programmation éclectique (des grands classiques du cinéma mondial, aux cinématographies rares sans oublier l’Etrange Festival).

Construit en 1913 par l' architecte Paul Horn pour le Süddeutsche Discontogesellschaft A. G. Cette salle unique est appelée successivement Kinotheater, Union-Kino, Cinéma Union Theater (U. T. ), en référence à l’Union Theater de l’Alexander Platz de Berlin et en 1964 devient le cinéma ABC.(sous l’égide du Groupe Gaumont, possédant à l’époque l’Eldorado, Le Studio Kleber et le Rit’s.

En 1986, l’ABC ferme ses portes (la salle pouvait accueillir à l’époque 810 places)

La salle superbe se présente comme un théâtre Néo Classique.

© L’odyssée (photo de la plaquette) La salle 1 vue de l’écran

En 1992, la salle (appartenant à la mairie de Strasbourg ) est restaurée (Architecte Louis Piccon) et est baptisée l’Odyssée.

Derrière une belle façade qui met peu en avant le cinéma,


On pénètre dans tout d’abord le long des arcades.


Puis dans le vestibule avec sa caisse et son accès au balcon (accès aussi aux bureaux, et salle de conférence).

©L’Odyssée – Ecran – extrait plaquette de l’Odysée

L’Odyssée , c’est bien sur sa grande salle de 260 places (Salle Edouard Szulc) , avec son architecture à l’Italienne. Elles est équipée du son numérique et permet encore les projections en 70 mm.

Une petite salle de 63 places existe au sous sol, à coté de la bibliothèque ( 6000 revues, 800 ouvrages ; 2500 photos !) .


Mais l’Odyssée , c’est aussi en été une petite terrasse, et son café dans le Hall.


A noter la particularité du bar, construit le long de la grande salle. Des vitres en verre teinté permettent de distinguer, sans déranger les spectateurs, la salle et l’écran pendant les projections.


Merci encore à la gentille caissière, au regret de ne pas avoir eut le temps d’aller voir un film dans ce bel écrin.

 

Le Vox : 17 rue des Francs Bourgeois.

Cinéma emblématique de la ville de Strasbourg, le Vox est toujours là avec sa grande enseigne.


Commencé en 1938, les travaux du Vox sont stoppés , repris , stoppés (évacuation de Strasbourg), le bâtiment est partiellement bombardé, mais les travaux reprennent. C’est en 45-46 que le Vox est inauguré .


En 1959, le cinéma est rénové (Architectes V.Scob & A.Wolff) : la grande salle de 1 000 places est rénovée, écran agrandit, hall remis à neuf, et la fameuse façade devenu « un des monuments les plus attractifs de la ville » ( in Cinématographie Française 1959).


En 1970, le Vox connait une nouvelle rénovation (Architectes V.Scob & J.Touraine). L’équipement luminescent est modernisé pour être vu de la place Kléber, la grande salle perd quelques fauteuils (sa capacité passe à 720 spectateurs) au profit d’un nouveau gradinage de la corbeille et d’un agrandissement de l’écran.


©Films Français 1970

Pour résumé la façade du Vox, voici un extrait de « 50 Lieux-50 Villes. ©Francis Lacloche-Gerard Gribe- Ed. Eldorado. » :

Ce cinéma se détache dans son contexte en jouant sur les verticales. Un cylindre haut, rythmé par une longue tour-enseigne permet l’identification du lieu, jusqu’au nom lisible de haut en bas.Sa situation stratégique en fait un élément majeur de l’animation urbaine. Il domine malgré le rapport des volumes, le territoire qu’il occupe.


 Aujourd’hui , le Vox comporte 6 salles de 340 places à 55 places et est passé sous l’égide de Pathé.

Divers :

2 salles trop excentrées que je n’ai pas pu aller voir :

Etoile – 7 rue des balayeurs (480 pl ) en 1960

Vauban – 23 rue Vauban (405 pl) en 1950 et 1960.

 

En 1997 ; Pathé et René Letzgus devenaient partenaire (en gardant leur indépendance commerciale) pour la programmation des Clubs (5 salles Pathé Art et Essai, fermées depuis),le Vox (5 salles commerciales Pathé) et le Star et Star St Exupery (René Letzgus)

En mai 1999, Pathé à ouvert le Multiplexe Pathé Brumath avec 12 écrans de 122 à 466 places.

Le 29 novembre 2000. UGC ouvrait au 25 route du Rhin l’UGC Cine Cité Etoile avec ses 22 salles de 110 à 588 places. L’UGC Ciné Cité Etoile était en 2008 , le 7 eme cinéma de France avec 1 585 039 spectateurs.

A noter que René Letzgus (co–exploitant du Pathé Brumath) a obtenu le feu vert de la CDEC du Bas Rhin pour la construction d’un  Multiplexe de 10 salles (1 040 fauteuils) au sud ouest de Strasbourg.

Les 2 Stars et le Vox publient chaque semaine un programme commun.

Les informations sont tirées des sites Strasbourgcurieux.com– Lumiere.org -& Archi-Strasbourg.org et de mes archives tirées du Films Français, Cinématographie Française.

Remerciements à Christophe Stoltz et Michael Benture pour leurs informations complémentaires.

 



Partager cet article

Repost 0

commentaires

Strasbourg curieux 05/01/2014 10:16

Strasbourg : le cinéma l'Odyssée a 100 ans
http://www.e-alsace.net/index.php/smallnews/detail?newsId=14626
Et là
http://alsace.france3.fr/2014/01/03/strasbourg-le-cinema-l-odyssee-100-ans-387785.html

Strasbourg curieux 22/07/2010 02:35

info cinébref"Cinébref : 41 rue du vieux marché aux vins.

Aucune trace de cette petite salle de 256 places qui a vécu au moins de 1950 à 1984."

C'était un cinéma X...

benture 20/07/2009 00:19

les cinemas de strasbourgQuel merveilleux article sur les cinemas de strasbourg ! Pour compléter, je posséde une facade du cinema Melies peu de temps avant sa démolition, si celà vous interrésse, n'hesitez pas. J'ai quelques renseignements complémentaires à vous fournir:
-Le CINEAC possédait 568 fauteuils en 1967
-Le CAPITOLE possédait 1040 fauteuils entre 1963 et 1968
-Le RIT'S possédait 1050 fauteuils en 1964

Il existait dans la banlieue et faubourgs de strasbourg de nombreuses autres salles de cinema, en l'occurence:
-Le CENTRAL d'une capacité de 420 fauteuils
-Le REX ( 353 fauteuils)
-Le STUDIO
-Le LIDO (500 fauteuils)
-Le SCALA (638 fauteuils)
-Le TIVOLI (500 fauteuils)
-Le CINE-CI-FA (302 fauteuils)
-Le CORSO (507 fauteuils)

Présentation

  • : Salle de Cinéma, le Vrai Cinéma
  • Salle de Cinéma, le Vrai Cinéma
  • : Histoire des salles de cinéma en activité ou disparues. Hommage aux Rex, Lux, Vox, Gaumont, UGC et autres Trianon que j'ai pu découvrir lors mes ballades. Parceque le cinéma se déguste avant tout sur Grand Ecran
  • Contact

Recherche