Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mai 2010 7 16 /05 /mai /2010 20:18
Je tiens à remercier Frédéric Dupuis (Neversois de naissance) pour les articles de « La Montagne » et du « Journal du Centre », articles qui m'ont permis de compléter l'histoire de ces 2 salles.

Voici donc des informations complémentaires sur les cinéma l’Etoile et le Palace.

L’Etoile


©La Montagne 1988

Construite en 1949, la petite salle de 500 places diffusait alors des films en seconde exclusivité.
Au fil des années, le balcon puis le parterre seront transformés. La capacité de la salle passera alors à 320 spectateurs.
L’Etoile connaîtra ses heures de gloire dans les années 60/70. Western, Aventures, Peplums se succèdent sur l’écran de la belle salle.
Des projections du type « connaissance du monde » seront effectuées accueillant d’illustres conférenciers comme Paul-Émile Victor et Haroun Tazieff.



©La Montagne 1988

Suite à la transformation du Palace en complexe de 4 salles, l’Etoile a du mal à accéder aux films porteurs et bascule alors dans le cinéma érotique puis pornographique. Les entrées grimpent alors en flèche.

Mais en juillet 1988, l’Etoile s’éteint.
En novembre 88, le dernier projet de transformation en complexe de 3 salles ne voit pas le jour (manque de viabilité financière par rapport aux investissements).

Dans le « Journal du Centre » du 7 mai 97, un espoir brille.


Mr Rosier - le propriétaire de l'Etoile

(In journal du centre – Mai 97)

La salle de l’Etoile n’a pas bougé. Bernard Rosier, son propriétaire, y revient de temps en temps. La salle aux murs orangés (chers aux années 70), l’écran, les fauteuils, le distributeur de bonbons Kréma, les 3 projecteurs, la salle de montage et la caisse sont toujours là, recouverts de poussière.


(In journal du centre Mai 97)

La mairie de Nevers a alors de nouveaux projets pour la salle de l’Etoile (Concert, Théâtre voire programmation cinématographique ponctuelle). Hélas, le projet ne sera pas dans le budget de 98 de la municipalité et l’Etoile disparaîtra définitivement du ciel Neversois.


Le Téléphone de l'Opérateur
(in Journal du centre mai 97)


Le Palace.

C’est le 6 juin 1989 que les 4 salles du Palace ferment, Au programme de cette dernière séance, Midnight Express…



La façade, la semaine de la fermeture définitive
© La Montagne juin 89

Mr Davoine, propriétaire du Palace et du Mazarin, donnera toute priorité à ce dernier complexe de 6 salles et décidera de fermer l’UGC Palace…

Le Palace , construit en 1930 sous la direction d’un négociant en vins connaît ses 3 premières années de graves difficultés.
En 1933, le Palace est racheté par Mr et Mme Mangematin (homme d’affaires et ancien garagiste). Ils y resteront 37 ans.
Exploitant avisé, Mr Mangematin traite directement avec les maisons de distribution à Lyon, donnant accès aux exclusivités moins de 3 semaines après la sortie parisienne (un temps révolu aujourd’hui…), Mme Marie Louise Mangematin s’occupe de la caisse.




Le Palace en 1935
© Pierre Prémery (in La Montagne)

L’age d’or du Palace se tient avant-guerre.
Pour Ignace (avec Fernandel), les séances du samedi en soirée et dimanche matinée sont complètes (la capacité du Palace est alors de 1 000 places). Le lundi est alors réservé au Théâtre et au Music Hall.
La famille Mangematin est alors propriétaire du Palace, du Majestic et du Regina.

Après la guerre, les films américains déferlent sur l’écran du Palace. La scène du Palace accueillera les plus grands artistes : Edith Piaf, Bourvil, Brassens, Brel, Yves Montand, et Gilbert Bécaud qui y cassera son piano.
Pour Tino Rossi, Marie-Louise Mangematin vendra plus de 1 300 places pour 1 000 fauteuils.
Johnny Halliday, alors idole Yéyé, fera trembler les murs du Palace.
C’est en 1971 que les Mangematins proches de la retraite vendent le Palace.



© Collection Thuriot-Prémery
Aux mains de Mr Davoine, l’unique salle est morcelée en 4 salles en 1973.
Mais le Palace ne survivra pas au Mazarin. Après sa fermeture, des projets de salle de concerts laissent un peu d’espoir aux Neversois, jusqu’à sa destruction en 1994.

Merci encore à Frédéric.



Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Salle de Cinéma, le Vrai Cinéma
  • Salle de Cinéma, le Vrai Cinéma
  • : Histoire des salles de cinéma en activité ou disparues. Hommage aux Rex, Lux, Vox, Gaumont, UGC et autres Trianon que j'ai pu découvrir lors mes ballades. Parceque le cinéma se déguste avant tout sur Grand Ecran
  • Contact

Recherche